X
interstitiel
Les inattendues
Zebda – Tomber la chemise
Tous les enfants de ma cité, même d'ailleurs
Personne ne l’aurait imaginé mais la France des barbecues, des boîtes de nuit en plein air et des teufs de M. Tout-le-Monde danse le ska de Zebda – un tube de l’été chimiquement parfait.
Découvrir la chronique

Parfois, il faut savoir faire des concessions et Zebda a accepté de travailler une chanson pour qu’elle passe sur les réseaux FM.
La stratégie est simple : de tournée en tournée, le groupe a élargi son public mais ses albums restent bloqués aux alentours du disque d’or alors qu’il dispose du potentiel pour toucher le grand public.
Donc, pour maximiser ses chances, le single qui lancera son troisième album studio est sur un tempo lent avec un « pied » très lourd, des nappes de Fender Rhodes, des riffs de guitares rock, un refrain aisément mémorisable… Mais Je crois que ça va pas être possible, fable acide sur l’exclusion, sort des playlists en quelques semaines. Tant pis. Après tout, Zebda n’est peut-être pas destiné à devenir un grand groupe populaire…

Au commencement, une histoire d’engagement

Zebda, c’est Toulouse, trois beurs, trois occitans, un parigot, le rock, le ska, le raï, le reggae et mille choses jetées à toute allure dans un chaudron d’énergie, de rage et de ferveur.

En 1990, leur première cassette-album s’intitule La France. Au premier CD, on remarque une charge contre leur maire de l’époque, Come On Every Baudis. Le deuxième, en 1995, s’intitule Le Bruit et l’Odeur, d’après la célèbre phrase de Jacques Chirac sur l’immigration. En 1997, ils enregistrent un album de reprises du répertoire traditionnel de la gauche militante, du Temps des cerises au Chant des Partisans.

Pour l’album suivant, en 1998, Zebda travaille comme d’habitude : textes du charismatique Magyd Cherfi, compositions et arrangements collectifs. Au moment de la réalisation finale, il y a quatre chansons de trop. Mais ils présentent quand même toutes les maquettes au producteur américain Nick Sansano. Parmi elles, une chanson à laquelle le groupe ne croit pas beaucoup, Tomber la chemise.

Tube estival

Premièrement, c’est un ska et, même à l’époque de Madness et de The Specials, ce rythme n’a jamais vraiment pris en France. Deuxièmement, c’est une chanson que Zebda juge nombriliste, puis qu’il s’agit du récit d’un concert du groupe, avec son public (« Tous les enfants de ma cité et même d'ailleurs / Et tout ce que la colère a fait de meilleur / Des faces de stalagmites et des jolies filles / Des têtes d'acné, en un mot la famille ») et de ses musiciens (« Tout d'un coup le trac a fait coucou dans la loge / Oh maman qu'elle tourne vite cette horloge »).

Finalement, Tomber la chemise est intégré à l’album Essence ordinaire, qui parait fin août 1998.
Je crois que ça pas être possible ne parvient pas à convaincre le grand public. Zebda est parti en tournée dès la sortie de l’album et les journalistes dissertent sur ce groupe populaire en salles mais underground sur les ondes.

Au printemps 1999, Tomber la chemise sort en ouverture d’un mini-CD de trois titres que la maison de disques pense doper en y incluant un remix par Asian Dub Foundation de la chanson Toulouse.
Surprise : toutes les radios diffusent la chanson, des « grosses » parisiennes aux petites FM de province, du réseau France Bleu à NRJ – qui va faire monter la rotation jusqu’à huit passages par jour !

Personne ne l’aurait imaginé mais la France des barbecues, des boîtes de nuit en plein air et des teufs de M. Tout-le-Monde danse le ska de Zebda – un tube de l’été chimiquement parfait.

Les compteurs s’arrêteront au million d’exemplaires vendus du single et à 600 000 de l'album Essence ordinaire, avec en sus deux Victoires de la musique.
Et on se souvient pour toujours de cette chanson qui dit « Allez les gars vous avez promis le soleil / On peut vous dire ce soir qu'on a pas sommeil ».

Par Bertrand Dicale

Bulletin de déclaration "Tomber la chemise"
DÉCOUVRIR L'ARCHIVE
Partition et texte "Tomber la chemise"
DÉCOUVRIR L'ARCHIVE

L'auteur

Bertrand Dicale

Bertrand Dicale explore la culture populaire.
Auteur d’une trentaine d’ouvrages consacrés à l’histoire de la chanson ou à des vies d’artistes (Serge Gainsbourg, Georges Brassens, Juliette Gréco, Charles Aznavour, Cheikh Raymond…), il est chroniqueur sur France Info (« Ces chansons qui font l’actu ») et auteur de documentaires pour la télévision.
Il dirige également la rédaction de News Tank Culture, média numérique par abonnement spécialisé sur l’économie et les politiques de la culture.

Vous souhaitez nous signaler un problème sur une archive, demander sa dépublication ? Nous contacter