X
interstitiel
Exposition
Chansons et contes musicaux pour les enfants
Toutes ces chansons douces...
Quel est ce genre, qui n’en est pas un, qui court dans les cœurs d’enfants et se transmet en chantant, en rigolant ou tout doucement ?
Découvrir l'exposition

Allons-nous découvrir le secret de la chanson d’enfance ?

Cette expo-collecte proposée dans le format gourmand du virtuel, prend le chemin de plusieurs générations d’enfants, sur la trace des trois petites notes de musique, à la recherche des petits mondes qui se transmettent dans un rituel affectueux et mystérieux.

Quand on évoque les chansons enfantines ou jeune public (comme on dit aujourd’hui), surgissent des ritournelles incontournables, celles des chansons et comptines traditionnelles. Bernard Cousin identifie un noyau d’une trentaine de chansons, recyclées du répertoire adulte, transmises avec précaution, pour être chantées depuis au moins le milieu du XIXe siècle (L’enfant et la chanson, éditions Messidor, 1988). On connaît ces chansons, elles mériteront une exposition à elles seules.

Bien d’autres se sont superposées à ce répertoire immémorial : c’est une partie de celles-ci que nous avons choisi de collecter, guidés par le plaisir du collectionneur.

Adressées intentionnellement aux enfants ou chapardées joyeusement par les mêmes, les chansons, contes musicaux, et autres « opérettes disquées » du XXème siècle sont à écouter, regarder, chiner, dans un léger parfum de madeleine, une jubilation d’anciens enfants, une attention aussi curieuse qu’amusée.

Au cours de cette « ballade », libre et non exhaustive, on pourra observer dans le désordre : des paysages sonores illustratifs, des mélodies soufflées par des oiseaux de paradis, des chansons comme des ballons, des histoires pour respirer ensemble, des souvenirs, des mondes parallèles, des interprètes drôles-tendres, des auteurs inattendus et des poètes surréalistes, des voix de créatures familières, des sketchs géants, des aventures pour apprendre, rêver, grandir…

Les enfants sont tout sauf ce qu’on leur enlève - Jacques Prévert.

Par Delphine Lagache
En collaboration avec Dominique Boutel, Françoise Ténier, Gérard Authelain.

Photo située en haut © Rohappy

Anne Sylvestre et les Fabulettes

En 1962, l’apparition des premières Fabulettes dépoussière le répertoire des chansons enfantines. Cinquante-cinq ans plus tard, on en compte 300, incontournables. Fabulette, un mot pour dire « petite fable », et qui désigne à merveille les chansons qu’Anne Sylvestre adresse aux enfants. Des chansons « doudou » partagées par déjà trois générations…

Anne Sylvestre, en même temps que Jacques Douai, autre pionnier, pose « les bases de la chanson moderne pour les enfants tissées de poésie, de vie quotidienne, d’humour et de tendresse » comme l'explique Anne Bustarret dans "La mémoire enchantée" (Ed. Enfance heureuse, 1986).

Douce fantaisie - Tendresse et rigolade

ANDRÉ BOURVIL ET HENRI SALVADOR

Ces artistes de la chanson francophone ont en commun d’avoir conquis les enfants en leur adressant intentionnellement ou non chansons et histoires, par le cinéma, la télévision et les vinyles.

Les enfants ont reconnu chez eux un gentil tonton, un copain de récré, un grand frère qui dit des gros mots, une créature de conte. Leur personnalité et leurs personnages sont du même monde que celui des enfants. Découvrons ou redécouvrons ces pièces tendres et drôles, intemporelles ou décalées.

Douce fantaisie - Mots rigolos et voix amies

PIERRE PERRET ET RICET-BARRIER

Ces artistes de la chanson francophone ont en commun d’avoir conquis les enfants en leur adressant intentionnellement ou non chansons et histoires, par le cinéma, la télévision et les vinyles.

Les enfants ont reconnu chez eux un gentil tonton, un copain de récré, un grand frère qui dit des gros mots, une créature de conte. Leur personnalité et leurs personnages sont du même monde que celui des enfants. Découvrons ou redécouvrons ces pièces tendres et drôles, intemporelles ou décalées.

Histoires ancestrales

LES CLASSIQUES : PIERRE ET LE LOUP, BABAR, PICCOLO SAXO

Contes musicaux, concept-albums, comédies musicales, opérettes disquées, chansons-récits, les artistes de la musique ont raconté toutes sortes d’histoires aux enfants.

« Raconter une histoire, c’est respirer ensemble », dit le conteur Bruno De La Salle. C’est créer un univers et relier les partitions quelle que soit leur famille musicale. Emerveillement, rêve, initiation, humour, pédagogie, tous les registres sont présents dans les quelques histoires incontournables présentées dans cette salle.

Il était une fois un petit garçon, un loup et un orchestre, un éléphant et une vieille dame, des instruments en famille qui marchent et parlent.

Histoires cultes

ÉMILIE JOLIE ET TOM TOM TOMMY, TÉLÉCHAT ET TOPOR

« Pour qu’une histoire accroche vraiment l’attention de l’enfant, il faut qu’elle le divertisse et qu’elle éveille sa curiosité. Mais, pour enrichir sa vie, il faut en outre qu’elle stimule son imagination ; qu’elle l’aide à développer son intelligence et à y voir clair dans ses émotions ; qu’elle soit accordée à ses angoisses et à ses aspirations ; qu’elle lui fasse prendre conscience de ses difficultés tout en lui suggérant des solutions aux problèmes qui le troublent ».

(Bruno Bettelheim, "La psychanalyse des contes de fées", Ed. Robert Laffont, 1976).

Il était une fois une petite fille dans une chambre vide, un corsaire des caraïbes, un chat, une autruche et des gluons…

Histoires souvenirs

BOB ET BOBETTE, COLARGOL ET LES "OPÉRETTES DISQUÉES" DE MIREILLE, JEAN-CLAUDE DARNAL

Il était une fois des roses dans un panier, un petit chemin de fer, des fantômes dans un vieux château, un ours qui chante en fa, en sol…

Le monde des poètes et des enfants

PRÉVERT ET KOSMA, DESNOS : DANS LA RÉALITÉ DES ENFANTS

Deux escargots qui s’en vont à un enterrement, ou une fourmi de 18 mètres, des poissons qui font pipi au lit, c’est vrai, ça n’existe pas. Et alors ?

Pas logiques, pas sérieuses, libres de toutes les associations d’idées, au galop de leur fantaisie, la poésie de Prévert, celle de Desnos, ou encore celle de Boby Lapointe, se sont aussi exprimées en chansons et ont accompagné en musique plusieurs générations d’enfants. Et si la poésie surréaliste était une langue naturelle du monde « enfant » ?

Le monde des poètes et des enfants

BOBY LAPOINTE : LE LANGAGE BOBY

Boby Lapointe, né en 1922, est passionné de mathématiques. Il inventera la numération bibi, un mode de calcul basé sur le binaire. Il aurait voulu être aviateur, mais c’est sa passion pour les mots qui l’embarque en chanson, dans un style inclassable.

Durant son existence (il meurt en 1972), aucun de ses disques n’a encore été adressé directement aux enfants. Ce sont les maîtres et maîtresses d’écoles, parmi les premiers « lapointophiles », qui leur font écouter ces chansons. En 1975, un directeur de chez Philips décide de sortir une première compilation pour les enfants.

Documents à télécharger

Vous souhaitez nous signaler un problème sur une archive, demander sa dépublication ? Nous contacter