X
interstitiel
Exposition
Gérard Calvi

Le 26 juillet 2022, Gérard Calvi aurait eu 100 ans. Il était né Grégoire Élie Krettly le 26 juillet 1922 dans le 14 ème arrondissement de Paris. Son père, Robert Krettly, était violoniste, compositeur et chef-d'orchestre. Il dirigeait le très célèbre quatuor Krettly et descendait d'Élie Krettly, trompette-major dans la garde de Napoléon. Un arbre généalogique très musical, comme on peut le constater.Gérard m'avait d'ailleurs raconté que, lorsqu'il était tout enfant, Maurice Ravel l'avait tenu sur ses genoux. Merveilleux souvenir !

Consulter les archives Sacem liées à Gérard Calvi

En 1945, après des études au Conservatoire national supérieur de musique de Paris et après avoir intégré pendant la guerre le 13ème bataillon médical et musical de la 2ème division blindée (division Leclerc), il obtient le Grand Prix de Rome de composition musicale.

En 1948, il participe à la formidable aventure des «Branquignols», la troupe de Colette Brosset et Robert Dhéry, comédiens et chanteurs précurseurs du «Café de la gare» et autres «Splendid», avant-garde d'un humour déjanté et décapant qui a fait tant de petits depuis. Il en signe les musiques et apparaît lui-même sur scène ou à l'écran qu'il «crève» aisément tant sa présence est flagrante.
Il y côtoie Louis de Funès, Jean Carmet, Jean Lefebvre, Jacqueline Maillan, Raymond Bussières, Annette Poivre, Michel Serrault, Micheline Dax et j'en passe !... Années décisives, années délirantes où il compose pour la troupe des mélodies toujours teintées d'humour, véritable Offenbach du 20ème siècle, dont une, ritournelle entêtante, va devenir un standard mondial : «Bal chez madame de Mortemouille» que l'on peut déguster sur un disque intitulé «Gérard Calvi et son orchestre distingué», délicieux pied de nez à ceux qui se prennent trop au sérieux. «La plume de ma tante» va d'ailleurs en 1955 connaître les honneurs des scènes de Londres et de Broadway.

Gérard va désormais déployer son talent éclectique et malicieux dans des domaines aussi variés que la musique symphonique, la chanson, l'opérette, la musique de film et l'opéra. Incroyablement prolifique, il nous offre le superbe «Prisonnier de la tour», écrit par Francis Blanche et chanté par la môme Piaf, «La polka des lampions», opérette qui réunit Georges Guétary et Jean Richard, puis «La grosse valse» et «La mélodie des strapontins».

Il compose pour son ami René Goscinny les partitions des premiers dessins animés d'Astérix, ce qui lui vaut d'être caricaturé dans l'album «Astérix en Hispanie».
Il signe aussi les musiques de nombreux autres films («La belle américaine», «La tulipe noire», «Le petit baigneur», «Le viager» ou encore «Les Gaspards»...).
On lui doit également l'indicatif du célèbre «Monsieur Cinéma» et l'habillage musical de France Info de 1987 à 2009. Sa dernière œuvre, «La cantatrice chauve», est un opéra composé sur le texte d'Eugène Ionesco et créé en décembre 2009 à Montpellier. On le voit, c'est une carrière prolifique, unique, superbe.

Mais monsieur Calvi, bougon au grand cœur, ne s'est pas contenté de créer. Il s'est aussi investi dans la défense des droits des créatrices et des créateurs, des éditrices et des éditeurs au sein de notre maison, la Sacem. Et il s'y est investi à tel point qu'il a été un de nos plus grands présidents, un de ceux qui de par leur longévité, leur action et leur rayonnement ont marqué notre belle société.

Il nous a quittés le 20 février 2015, à l'âge de 92 ans. Il nous a quittés physiquement mais son œuvre demeure très présente et nous apporte toujours au quotidien son inextinguible joie de vivre et son inspiration généreuse.

Claude Lemesle, auteur, Président d’honneur de la Sacem.