X
interstitiel

Frank Gérald

Auteur, compositeur

Frank Gérald, né en 1928 à Paris et décédé le 6 août 2015 est un parolier et compositeur français.

Auteur et compositeur, membre de la Sacem depuis 1948, ce créateur passionné et talentueux y dépose plus de mille œuvres, dont beaucoup ont connu un grand succès. 
 
S’il a commencé sa carrière en déposant ses notes sur les paroles de Pierre Delanoë – qui s’appelait à l’époque encore Pierre Leroyer -, Frank Gérald s’est imposé quelques années plus tard comme l’un des grands auteurs des sixties. Il a ainsi écrit La fille de paille pour Brigitte Bardot sur une musique de Gérard Lenorman, mais aussi Quand tu es là pour Sylvie Vartan, Le premier bonheur du jour pour Françoise Hardy, Felicita pour Mike Brant, La poupée qui fait non ou encore Love me, please love me pour Michel Polnareff.
 
Frank Gérald a également beaucoup collaboré avec le compositeur Claude Bolling, signant notamment les paroles de la célèbre chanson Il fait trop beau pour travailler pour Les Parisiennes et de Rue des chanteurs pour Juliette Gréco.
 
Frank Gérald est aussi reconnu pour ses adaptations, dont l’une des premières fut Tout doux tout doucement chantée par Marcel Amont, en 1959. Artiste accompli, il a ainsi adapté dans la langue de Molière, de nombreux standards anglo-saxons : Je ne vois que toi/I’m watching you de Paul Anka pour Sylvie Vartan, La corde au cou/I should have known before de John Lennon et Paul Mc Cartney pour Richard Anthony, Ça n’est pas vrai/Blue turns to grey de Mike Jagger pour Ronnie Bird…
 
La sincérité, la simplicité et la poésie de ses textes n’ont jamais cessé de plaire aux plus grands interprètes. Frank Gérald a écrit pour France Gall (Les gens bien élevés), Régine, Dick Rivers, Tino Rossi, Michèle Torr, Nana Mouskouri, Mireille Mathieu, Petula Clark, Dalida… Il a co-composé Quand tu danses, pour Gilbert Bécaud sur les paroles de Pierre Delanoë.
 
Aujourd’hui, de génération en génération, nombreux sont celles et ceux qui fredonnent encore ses chansons, qui ont marquées à jamais notre patrimoine musical francophone. 

Prix Lucien et Jean Boyer, 2001

Ses 4 archives en ligne

Vous souhaitez nous signaler un problème sur une archive, demander sa dépublication ? Nous contacter