X
interstitiel
Le siècle des Lumières, pionnier du combat pour le droit d’auteur
2/ Et Beaumarchais créa la première société d'auteurs
Découvrir l'exposition

Anne Stuart...

Premier pas timide en Angleterre, en 1710, où Anne Stuart fit reconnaître le rôle de l'auteur afin de promouvoir une exclusivité d'impression autre que celle dont bénéficiait la compagnie des Imprimeurs. Désormais, l'éditeur ne pourrait obtenir le droit exclusif de publier un ouvrage qu'en vertu d'une cession de l'auteur, et ceci pour deux périodes de 14 ans à l'issue desquelles le livre deviendrait publiable par n'importe qui. C'était certes un progrès, mais qui donnait naissance au copyright. Celui-ci nécessite la fixation de l'œuvre pour qu'elle soit protégée, et favorise ipso facto celui qui la fixe.

Anne Ière, reine de Grande-Bretagne © Château de Versailles, RMN-Grand
Palais

...et Beaumarchais

En France, avec le Siècle des Lumières, l'idée de la propriété intellectuelle faisait son chemin. C'est à Beaumarchais, écrivain et aventurier, créateur et trafiquant, que revient le mérite d'avoir créé la première société d'auteurs du monde.

L'événement eut lieu le 3 juillet 1777 (une bonne date, anniversaire également de la loi Lang 208 années plus tard !). Dans son appartement du Marais, rue Vieille du Temple, l'auteur du Barbier de Séville réunit vingt-deux de ses confrères, amateurs de bonne chère et de libations. C'était une véritable révolte des créateurs contre un système où la production et la circulation d'images, d'idées, de formes, de sons était si étroitement contrôlée par le Roi que celui-ci déléguait à l'éditeur le bénéfice de ses privilèges et laissait l'auteur à la merci des comédiens, eux-mêmes attachés aux personnes royales ou princières.

Caron de Beaumarchais © RMN-Grand Palais (Château de
Versailles) / Gérard Blot

La nouvelle Société ainsi créée, et dont Beaumarchais, à l'initiative du projet, fut élu président, permettait aux auteurs et aux compositeurs dramatiques de négocier, en en gardant le contrôle, le droit d'usage de leurs pièces dans les théâtres.

Ainsi se trouvait fondé le principe du droit d'auteur dans ses éléments moraux et patrimoniaux. Restait à confirmer ce principe par une législation adéquate. C'est la Révolution qui devait s'honorer en reconnaissant officiellement ce qui est un des plus incontestables « Droits de l'homme ».

Fruits du combat mené par Beaumarchais, sept lois vont reconnaître pour la première fois les droits des auteurs entre 1791 et 1793. Elles resteront en vigueur jusqu’en 1957.

Par Claude Lemesle.

Vous souhaitez nous signaler un problème sur une archive, demander sa dépublication ? Nous contacter