X
interstitiel
Voyages, voyages
Une "Amoureuse" qui séduit l'Amérique
1972 : la France découvre Véronique Sanson avec un premier album dont elle a écrit toutes les chansons
La réalisation est de son fidèle directeur artistique depuis quatre ans, Michel Berger, qui est aussi devenu son compagnon.
Découvrir la chronique

En parallèle à la sortie de ce 33 tours, elle publie un premier extrait 45 tours : « Amoureuse ». Véronique Sanson en aurait eu l’inspiration au lever du jour, après une nuit avec Michel Berger, en remontant les Champs Elysées au volant de sa petite Autobianchi : « Une nuit, je m’endors avec lui, mais je sais qu’on nous l’interdit ».

La chanteuse expliquera plus tard que l’interdit évoquait son milieu familial grand bourgeois et donc rigoriste, à une époque où la majorité était encore à 21 ans (elle les a fêtés en avril 1970), également qu’elle était déjà engagée ailleurs…

Quoiqu’il en soit, le texte est novateur, « osé » : « Et je sens la fièvre qui me mord, sans que j’aie l’ombre d’un remord ».
Cinq ans après Polnareff, qui a été le premier chanteur populaire à faire un tube avec « Faire l’amour » (avec toi), Véronique est certainement une des premières chanteuses populaires à évoquer plus que l’amour fleur bleue. Et à l’assumer, sans honte.

C’est peut-être à cause de ce texte trop sensuel dans la bouche d’une jeune fille au cœur des années Pompidou que ce titre ne marche pas en France à sa sortie (même pas classé au hit de la revue Salut Les Copains pourtant dirigée par Filipacchi). La chanson se retrouve même rapidement remplacée par un second extrait, « Besoin de personne ».

Un succès immédiat à l'étranger

En revanche, « Amoureuse » va tout de suite s’imposer à l’étranger, repris par France Castel, qui la classe N°1 au Québec en décembre 1972, puis Emmanuelle l’année suivante.
Ce succès au Québec pousse la maison de disques à aller plus loin. Pour cela, Véronique enregistre des adaptations de sa chanson dans les langues des gros marchés européens : allemand, espagnol, italien et bien sûr anglais.

« Amoureuse » est adaptée en allemand par Michael Kunze, qui conserve le titre, et en espagnol par JM Pater (« Enamorada »). Quant à la version italienne, « Diverso amore moi », Véronique ne l’enregistrera qu’en 1978 avec un texte du chanteur Cristiano Malgioglio qui avait déjà adapté « Le maudit » en 1975.

Ceci dit, c’est la version anglaise enregistrée par Véronique et signée du chanteur Gary Osborne (avec Paul Virgrass), qui va mettre le feu aux poudres dès 1972. D’autant plus qu’« Amoureuse » est publiée sur un 45 tours distribué sur le marché britannique la même année, puis sur un 45 tours américain l’année suivante. Pour cette adaptation anglaise, Gary Osborne s’inspire de la version originale et décrit la première relation intime d’une jeune femme, sensualité comprise ("If my first love could be my last", « Made a woman of a simple girl").
C’est cette version que Tony King, le vice-président de Rocket Records, la maison de disques d’Elton John, entend, puisque c’est lui qui aurait suggéré que Kiki Dee - une jeune chanteuse anglaise à la voix chaude et sensuelle – l’enregistre sur son premier album qui sort en avril 1973. Sa version – coréalisée en studio par Elton - est tellement réussie que Kiki va même l’extraire en single fin août 1973. Ce sera le plus gros hit de sa carrière (si on excepte le duo « Don’t Go Breaking My Heart ») et il donnera envie à Elton de travailler avec Osborne quand son parolier, Bernie Taupin, fera une pause. « Amoureuse » sera même classé 13ème dans les charts britishs dès novembre 1973 (puis à nouveau 13ème en 1976 et 77ème en 1984). Evidemment, Kiki Dee exportera sa version, notamment en Australie (N°12 en 1974), Allemagne (N°44 en 1976)…

L’histoire est en marche : une autre chanteuse anglaise, Polly Brown, l’enregistre également en 1973, puis c’est au tour de Peter Townsend des Who de la chanter en live, l’année suivante.
Ceci dit, c’est une autre version anglaise qui va compter, celle, en 1973, de l’Australienne Olivia Newton-John qui la publie sur son album britannique, mais aussi américain, ce qui va permettre à la chanson de traverser l’Atlantique.

La conquête des USA

Et ce n’est pas fini ! Chez Warner USA où le 30 cm 100% en français de Véronique Sanson est arrivé dès 1972, le producteur Artie Wayne se dit qu’ « Amoureuse » a du potentiel.

Comme il ne sait pas que Véronique prépare des adaptations, notamment de ce morceau, il demande à la jeune chanteuse texane Patti Dahlstrom, d’en écrire une version américaine et de l’enregistrer. Et comme cette dernière ne comprend pas le français, elle décrit les tourments d’une femme amoureuse délaissée. « Amoureuse » devient « Emotion » en 1973.
Si la version de Dahlstrom est un succès d’estime, c’est sa reprise par la jeune vedette Australienne Helen Reddy, qui va marcher en 1974. Cette dernière va même classer « Emotion » 5 semaines et grimper jusqu’à la position 22 en 1975 !

Deux versions anglaises sont sur les rails. Il est alors temps pour Véronique de publier en France, en 1974, son « Amoureuse » en anglais, d’autant plus qu’elle est partie s’installer aux USA avec Stephen Stills.
La suite ? Elle s’écrit tous les jours. De « Bahia » à « Vancouver », le soleil ne se couche plus sur « Amoureuse ». Il ne se passe pas une décennie sans que la chanson ne bénéficie d’un nouvel enregistrement en anglais ou dans d’autres langues…

Jean-Pierre Pasqualini

L'anecdote

Après des versions en anglais pour les clubs en 1996 et 1997 (IIllusive featuring Amanda Abbs, DJ Vadim, Naomi Na2, Nancy…), c’est le Québec qui redonne une nouvelle jeunesse au titre au début du nouveau millénaire grâce à quatre enregistrements par Josée Lajoie, Geneviève Charest, Mireille Bédard et Caroline Néron. L’Hexagone suit avec Audrey Lavergne mais surtout Lara Fabian et Les Enfoirés…
Ceci dit, le premier hommage de la jeune génération à la carrière de Véronique Sanson est celui de Jeanne Cherhal en 2012, laquelle reprend l’album « Amoureuse » en télévision, mais aussi sur scène (notamment aux Francos de La Rochelle) pour les 40 ans de la sortie de l’opus. « Amoureuse » fait partie des grands moments du spectacle.
Véronique boucle la boucle en 2018 sur son album de duos sur lequel Julien Doré tombe amoureux de cette éternelle « Amoureuse »…

Les bonus

Voici une liste de diverses versions enregistrées depuis que « Amoureuse » a conquis la planète.
1975 Shirley Bassey « Emotion » - Barbara Nielsen « Amoureuse » (Hollandais) - Barbara Stromberger « Mehr als Erinnerung »
1976 Gitte « Was wär ich Ohne dich »
1977 Katja Ebstein « Für einen Tag mit dir »
1978 Daniela Davoli « Diverso amore moi »
1979 Jennifer Kemp « Emotion »
1984 Deborah Sasson « Amoureuse » (anglais)
1996 Tamara « Dit vergeet ik niet » - Splinter « Open Einde »
1998 Barbara Dex « Amoureuse » - Linda Martin « Amoureuse » (anglais)
2018 Mark Lorenz « Für einen Tag mit dir »

Bulletin de déclaration "Amoureuse"
DÉCOUVRIR L'ARCHIVE
Partition "Amoureuse"
DÉCOUVRIR L'ARCHIVE

L'auteur

Jean-Pierre Pasqualini

Animateur sur Melody, la chaine vintage de divertissement musical depuis 2003, JPP en dirige les programmes depuis 2013.

Cet ex-pionnier de la radio FM (entre 1982 et 1985) et rédacteur en chef de Platine Magazine durant 25 ans (de 1992 à 2017), membre de l’Académie Charles Cros et du Collège des Victoires de la Musique, est aussi sollicité régulièrement par de nombreux médias (M6, W9, C8…). Ces derniers mois, il a participé à de nombreux documentaires sur la chanson patrimoniale (Hallyday, Sardou, Pagny, Renaud…), comme contemporaine (Stromae, Christophe Mae…).

JPP intervient également sur les chaines et dans les émissions de News (BFM, LCI, C News, « Morandini », « C’est à vous »…) et les radios (Sud Radio, Europe Un, RMC Info Sport, France Inter…) pour des événements liés à la chanson (Eurovision, Disparitions de France Gall, Charles Aznavour, Dick Rivers…). Il a même commenté en direct les obsèques de Johnny Hallyday sur France 2 avec Julien Bugier.

Coté chansons, JPP a participé, depuis presque 30 ans, à de nombreux tremplins, du Pic d’or de Tarbes au Festival de Granby au Québec en passant par le tremplin du Chorus des Hauts de Seine.
Enfin, JPP a produit des artistes comme Vincent Niclo, en manage d’autres comme Thierry de Cara (qui a réalisé le premier album des Fréro Delavega)…
JPP a signé quelques ouvrages sur la musique et écrit des textes de chansons. Il a même déjà travaillé sur un album certifié disque de platine (Lilian Renaud).

Vous souhaitez nous signaler un problème sur une archive, demander sa dépublication ? Nous contacter