X
interstitiel
Voyages, voyages
Fais-moi une place
De la ballade amoureuse au son new wave
L’un des plus beaux titres de Julien Clerc engendra l’année de sa sortie une véritable pépite en anglais, aujourd’hui oubliée…
Découvrir la chronique

Avec La Cavalerie, son premier 45 tours paru en mai 1968, Julien Clerc a initié un style nouveau, mariant mélodies pop anglo-saxonnes et textes littéraires, modernité et crédibilité.

Vingt-deux ans plus tard, le chanteur au célèbre vibrato a quitté la vieillissante maison de disques Pathé-Marconi pour le jeune label Virgin, troqué sa longue chevelure bouclée pour une coupe dégagée derrière les oreilles, et décidé de collaborer avec Françoise Hardy, yéyé-girl devenue égérie pop.

Un hymne à l'amour

Meurtrie par l’inconstance de son compagnon Jacques Dutronc, celle qui incarne la mélancolie amoureuse dans la variété française depuis Tous les garçons et les filles offre plusieurs textes à l’interprète de Souffrir par toi n’est pas souffrir, et notamment l’implorant mais digne Fais-moi une place.

Julien Clerc choisit de mettre en musique ces paroles via une ballade au piano aussi simple qu’imparable. Tubesque, la chanson donne son titre à l'album et fait office de premier extrait. Elle remportera même la prestigieuse Victoire de la chanson de l’année en 1991.

En 1990, peu de temps après la mise en bacs de ce quinzième opus studio, Virgin France a l’idée de publier une compilation fêtant les dix ans d’existence du label. Diversion donne à entendre des titres Virgin revisités par d’autres artistes de la maison. Si Julien Clerc reprend L’Ange déchu de Jean-Louis Murat, ce n’est pas le barde auvergnat qui interprète Fais-moi une place, mais les plus confidentiels Comateens.

Formé en 1978, ce groupe new-yorkais a été ramené en France par le producteur indépendant Fabrice Nataf, devenu, après un passage chez Barclay, directeur artistique puis directeur général de Virgin France. C’est lui qui propose l’adaptation au duo formé par Nic North et Lyn Bird.

A hymn to love

En plus de traduire Fais-moi une place en A Place for Me, les Comateens - pourtant habitués des froides ambiances de la new wave -, accélèrent le tempo, remplacent le piano par des guitares ensoleillées et réchauffent encore l’ensemble d’harmonies vocales rappelant les Everly Brothers et les Beach Boys.

Très réussie, A Place for Me connaît un certain succès sur les ondes hexagonales. Le second pour la formation américaine après Ghosts (1981).

L’anecdote : Malgré ce coup de projecteur, les Comateens n’ont plus rien enregistré par la suite, se contentant de placer des compositions sur le seul marché qui leur avait ouvert les bras. Etienne Daho et les éditions de Pascal Obispo leur ont notamment...fait une place.

Par Vincent Dégremont - Platine

Bulletin de déclaration "Fais-moi une place"
DÉCOUVRIR L'ARCHIVE

L'auteur

Vincent Dégremont

Journaliste Sport & Musique.
Ecoute avec un égal bonheur « L’Apprenti sorcier » et « La Maladie d’amour ».
Préoccupé par le dérèglement climatique et les fake news.
Considère la cuisine comme un art majeur.

Vous souhaitez nous signaler un problème sur une archive, demander sa dépublication ? Nous contacter