X
interstitiel
Voyages, voyages
Léo Ferré : Avec le temps
Un succès transalpin… et plus loin
Le 21 octobre 1970, Léo Ferré est au Studio Barclay, avenue Hoche, afin d’enregistrer une nouvelle chanson, « Avec le temps », sous la direction artistique de Richard Marsan, son complice aux disques Barclay.
Découvrir la chronique

Il a déjà plus de 20 ans de carrière et a réussi à se renouveler plusieurs fois, notamment avec « C’est extra » en 1969, l’année où il a écrit et composé « Avec le temps ».

Une chanson de rupture

Cette dernière compte un texte qui parle de la fuite des sentiments, du temps qui efface tout. Il est inspiré de la propre expérience de vie de Léo Ferré : plus clairement de sa rupture avec sa deuxième femme, Madeleine, en 1968, après le drame suscité par la mort tragique de leur guenon apprivoisée, Pépée.

Alors qu’elle est enregistrée lors des dernières séances - afin de terminer le 30 cm « Amour anarchie » volume 2, avec Jean-Michel Defaye comme arrangeur, Gerhard Lehner comme preneur de son et les musiciens du groupe Zoo de Daniel Carlet -, elle est finalement écartée de l’opus.

Elle est publiée en 1971 sur un 45 tours en face A et rencontre un succès qui semble agacer Ferré qui disait souvent à son propos : « Je l’ai faite en deux heures ». Il faut dire aussi qu’elle lui rappelait Madeleine qui le tyrannisait tellement qu’il s’était installé en Italie.

D’ailleurs, l’année suivante, en 1972, Léo Ferré l’enregistre en italien, la langue de ses origines, sous le titre « Col tempo »adaptée par le chanteur italien Enrico Medail. Le titre est inséré dans le 30 cm « La solitudine », le premier album en italien de Léo Ferré (destiné à la Péninsule), où Medail a signé plusieurs adaptations. En Italie, la version française de Léo est aussi commercialisée, tout comme au Portugal.
Toujours en 1972, l’immense star italienne Gino Paoli, qui a déjà adapté Aznavour, s’en empare et met « Col Tempo » à son répertoire. La diva Patty Pravo fait de même.

Un titre repris par de nombreux artistes français et internationaux

Entre temps, Dalida, qui a gagné en profondeur depuis Mai 68, notamment grâce à Arnaud Desjardins, l’a mise à son répertoire.
Son orchestration est réalisée par son chef d’orchestre Guy Motta, lequel l’accompagne sur scène lors de ses Olympia 1971 et 1974 où elle l’inclut à son tour de chant.
Dalida la publie également en italien dans la Péninsule en face B d’un 45 tours. « Col tempo » est crédité sur ce disque Ferré mais cette fois aussi Medail. La légende raconte qu’elle aurait croisé Léo Ferré sur un plateau de télévision en Italie.

La version de la Diva va occulter celle de la chanteuse la plus fidèle à Léo Ferré, celle à laquelle il doit beaucoup car elle fut une des premières à le chanter : Catherine Sauvage. Cette dernière la publie aussi en 45 tours dès 1971.

Dalida va certainement contribuer au succès international du titre qui sera repris en 1974 par la vedette italienne Gigliola Cinquetti, lauréate de l’Eurovision en 1964. Ceci dit, celle-ci la chante en français pour son marché d’origine.

Consécration ! Le titre est adapté en anglais en 1974 par Rod McKuen, un grand fan de Brel, et devient « About The Time ».

C’est en 1978 qu’on découvre une version allemande, « Doch mit der Zeit » pat Danny, qui devient « Und mit der Zeit » deux ans plus tard par Michael Heltau.

Nul doute que le succès de cette chanson va permettre à Ferré de comparer ses droits d’auteur à ceux de son copain Brassens. Les deux Artistes s’amusaient déjà d’avoir commandé deux Citroën DS 23 identiques : grises avec le toit noir et l’intérieur en cuir fauve…

Après des années 70 à 90, où ce succès est repris régulièrement, depuis le nouveau millénaire, les choses se sont accélérées. Dans les dernières années, on peut noter les versions françaises de deux chanteuses anglophones : Belinda Carlisle et Stacey Kent ainsi que celles en italien de Franco Battiato. Egalement celle en anglais de Petula Clark. Sans oublier celle de Bertrand Cantat et celle, live, de la star internationale Celine Dion qui l’a interprétée lors du Gala de l’ADISQ (l’équivalent des Victoires de la musique au Québec) à Montréal, quand René Angélil a reçu un trophée (appelé Félix) à titre posthume (2016).

L’ANECDOTE :

C’est dans les années 90, alors que Ferré est parti, qu’Henri Salvador la chante dans une émission de télévision produite par Guy Job. A plus de 80 ans, le crooner à la voix de velours n’a pas encore fait son grand retour avec son « Jardin d’hiver » mais sa version sonne déjà comme un testament.

LES BONUS

Voici une liste de versions enregistrées en français ou italien, voire allemand et même anglais, depuis que l’œuvre a été créée.

1971 Dalida, Catherine Sauvage, Lisbeth Litz
1972 Gino Paoli (italien), Patti Pravo (italien)
1974 Gigliola Cinquetti, Rod McKuen (anglais)
1976 Daniel Guichard
1978 Doch mit der Zeit (allemand)
1980 Und mit der Zeit (allemand), Johnny Hallyday (inédite jusqu’en 2011)
1987 Jane Birkin
1992 Dan Bigras, Donna Régina
1994 Philippe Léotard, Renée Claude
1995 Mama Béa, Abbey Lincoln
1996 Gérard Lenorman
1997 Catherine Ribeiro, Salif Keita, Valérie Dell’Anese
1998 Petula Clark (anglais)
2000 Tim Fisher
2001 Cristina Branco
2002 Isabelle Boulay, Henri Salvador, Patricia Kaas, Franco Battiato
2003 Alain Bashung, Daran, Didier Barbelivien, Thierry Amiel, Manu Lann Huel
2005 Dee Dee Bridgewater
2006 Juliette Gréco
2007 Belinda Carlisle, Elina Duni, Michel Jonasz
2008 Monica Passos, Wende
2009 Bernard Lavilliers, Claudine Carle
2010 Anne-Sofie von Otter & Brad Mehldau
2011 Catherine Lara, Judy Wexler, Laam
2012 Riguelle
2013 Vigon, Eric Bamy et Jay, Aga Zaryan
2014 Esther Kaiser
2015 Detroit (Bertrand Cantat)
2016 Celine Dion
2017 Stacey Kent, Danilo Réa (italien)

© René Saint Paul/Bridgeman Images

Bulletin de déclaration "Avec le temps"
DÉCOUVRIR L'ARCHIVE
Partition "Avec le temps"
DÉCOUVRIR L'ARCHIVE

L'auteur

Jean-Pierre Pasqualini

Animateur sur Melody, la chaine vintage de divertissement musical depuis 2003, JPP en dirige les programmes depuis 2013.

Cet ex-pionnier de la radio FM (entre 1982 et 1985) et rédacteur en chef de Platine Magazine durant 25 ans (de 1992 à 2017), membre de l’Académie Charles Cros et du Collège des Victoires de la Musique, est aussi sollicité régulièrement par de nombreux médias (M6, W9, C8…). Ces derniers mois, il a participé à de nombreux documentaires sur la chanson patrimoniale (Hallyday, Sardou, Pagny, Renaud…), comme contemporaine (Stromae, Christophe Mae…).

JPP intervient également sur les chaines et dans les émissions de News (BFM, LCI, C News, « Morandini », « C’est à vous »…) et les radios (Sud Radio, Europe Un, RMC Info Sport, France Inter…) pour des événements liés à la chanson (Eurovision, Disparitions de France Gall, Charles Aznavour, Dick Rivers…). Il a même commenté en direct les obsèques de Johnny Hallyday sur France 2 avec Julien Bugier.

Coté chansons, JPP a participé, depuis presque 30 ans, à de nombreux tremplins, du Pic d’or de Tarbes au Festival de Granby au Québec en passant par le tremplin du Chorus des Hauts de Seine.
Enfin, JPP a produit des artistes comme Vincent Niclo, en manage d’autres comme Thierry de Cara (qui a réalisé le premier album des Fréro Delavega)…
JPP a signé quelques ouvrages sur la musique et écrit des textes de chansons. Il a même déjà travaillé sur un album certifié disque de platine (Lilian Renaud).

Vous souhaitez nous signaler un problème sur une archive, demander sa dépublication ? Nous contacter